Le processus d’abord, les résultats ensuite

Sans surprise, l’été dernier, l’un des faits saillants de la Coupe Rogers de Montréal a été la victoire éclatante du joueur de tennis canadien Denis Shapovalov contre nul autre que Rafael Nadal. Bien qu’il était âgé de 18 ans et classé 143e au monde, Shapovalov n’a montré aucun complexe face à cet adversaire qui a gagné 73 tournois en carrière. En effet, bien qu’il ait perdu la première manche, laissé filer une avance de trois à zéro à la deuxième manche et fait face à 11 balles de bris, Denis Shapovalov a finalement remporté le duel devant près de 12 000 spectateurs, un exploit peu banal.

 

En entrevue, le jeune prodige a confié avoir simplement essayé de garder son calme en se concentrant uniquement sur le prochain coup de raquette, faisant ainsi fi du pointage. Tout au long de la partie, il a d’ailleurs réalisé d’audacieux coups gagnants près des lignes et de puissants services dont certains étant chronométrés à près de 215 km/h. Bref, il a fait preuve d’équanimité – qualité de celui qui garde le même état d’esprit, quelle que soit la situation.

 

 Ne demeure pas dans le passé, ne rêve pas du futur, concentre ton esprit sur le moment présent. 

— Citation de Bouddha, fondateur du Bouddhisme et de la méditation zen

 

 

C’est un fait indéniable, tout entrepreneur doit composer avec des périodes d’anxiété et de stress. Il doit donc, à l’image de Denis Shapovalov, aborder ces épisodes de manière impassible avec la ferme intention d’agir dans son propre intérêt. Malheureusement, selon le Dr Andrew Menaker, psychologue et expert en coaching de performance pour les professionnels de la finance, la majorité des gens ont une confiance de type « conditionnelle », c’est-à-dire que les résultats affectent leur degré de confiance. Lorsqu’ils sont bons, leur confiance est solide, mais lorsqu’ils traversent des moments plus difficiles, leur confiance s’affaiblit.

 

D’après The National Science Foundation, une personne a, en moyenne, environ 12 000 pensées par jour. Que ce soit des jugements, des images ou des mots, l’esprit humain génère de façon spontanée un flot incessant de pensées. Selon le philosophe Eckhart Tolle, ce phénomène s’appelle la pensée compulsive. Celle-ci nourrit un dialogue intérieur durant lequel une personne, inconsciente de cette réalité, sera continuellement tiraillée entre son passé et son avenir projeté. Dans un tel état, il est évidemment difficile de demeurer calme et alerte afin de performer à son plein potentiel et la confiance peut ainsi s’en trouver minée.

 

 

Pour remédier à ce problème, le Dr Andrew Menaker prône la confiance de type « vraie » en misant sur l’équanimité. Tout d’abord, l’entrepreneur doit rédiger un plan d’affaires qui lui inspire entièrement confiance. Ensuite, il doit en exécuter les lignes directrices de façon efficace, et ce, sans se préoccuper des résultats, ce qui l’amène inévitablement à vivre dans le moment présent. Sa priorité est donc de respecter le processus, le seul aspect sur lequel il exerce une influence notable. En appliquant ce principe à long terme, l’entrepreneur obtiendra des résultats et, par le fait même, sera en mesure de rivaliser, lui aussi, avec les meilleurs au monde!

 

Sources

 

Charles Stanley, How to Reach Your Full Potential for God, Nelson Books, 2011.

Dr Andrew Menaker, 3 types of confidence, Pop Doc Trader, 7 juin 2011.

Eckhart Tolle, Mettre en pratique le pouvoir du moment présent, Ariane, 2002.

François-David Rouleau. Denis Shapovalov renverse Rafael Nadal et soulève le Stade Uniprix, le Journal de Montréal, 10 août 2017.

Michel Lamarche. Shapovalov fait tomber Nadal, Le Soleil, 10 août 2017.

 

Fort de plus de 10 ans d’expérience professionnelle comme arbitragiste-actions à Montréal et détenteur de plusieurs agréments professionnels reconnus en finance, Michel s’intéresse à la prise de décision en offrant un contenu rafraîchissant basé notamment sur des faits, des statistiques et des anecdotes.

Accueil

 

Article précédent

Les déboires d'une apprentie entrepreneure. Troisième chapitre- La conciliation travail autonome / famille

Article suivant

Les déboires d’une apprentie entrepreneure. Chapitre quatre- Mon premier mur

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *