Les déboires d’une apprentie entrepreneur. Chapitre seize : Se planifier concrètement

J’ai entamé cette semaine avec la ferme intention d’envoyer la dernière aux oubliettes! Pas question d’y repenser… c’est trop démoralisant.

Première étape – planifier ma semaine

Pour me faire croire que je suis une personne très organisée et planifiée (eh oui, je vis encore dans le déni… plus ça change, plus c’est pareil faut croire!), je me suis assise avec mon agenda et mon cahier de notes, où je liste ce que je dois faire chaque semaine (j’effectue cet exercice de façon hebdomadaire, toujours dans le but de me faire accroire que je suis à mon affaire… franchement, t’es surpris?!?), et j’ai élaboré mon plan de match des deux prochaines semaines. En résumé, j’ai ressorti ce qu’il fallait que je fasse impérativement avant les congés des Fêtes (où tout est fermé et où personne ne travaille). J’ai aussi monté une liste de trucs à faire en revenant des Fêtes (moment où les gens sont revenus mais encore engourdis – moment idéal pour demander n’importe quoi!).

La planification stratégique

La semaine passée je te disais que ma coach m’avait demandé d’élaborer une planification stratégique, en lien avec les orientations que je souhaite donner à mon entreprise ainsi que mes objectifs. Il va de soi qu’on peut retrouver ces informations dans mon plan d’affaires (il va toujours ben me servir à quelque chose, t’sais!). J’avais commencé à y travailler après notre rencontre en me remémorant « ça ressemble à quoi une planification stratégique » et tout ce qui s’y rattache. J’avais avancé pas mal, mais, en me relisant, je n’étais plus certaine de ce que j’avais écrit. J’avais l’impression d’avoir monté un plan d’action, comme j’en ai fait des dizaines dans mon autre vie (pas celle où j’étais une princesse, celle où j’étais une employée… je sais, ça porte à confusion), rempli de bonne volonté mais qui finit immanquablement par rester sur une tablette… Je me disais que tant qu’à le faire, aussi bien en faire une que je pourrais utiliser et qui m’aiderait concrètement au quotidien!

Par où commencer

Après m’être cassé le bicycle (lire ici : becyque) pendant plusieurs minutes, j’ai décidé de commencer par relire mon plan d’affaires; même si ça ne fait que quelques semaines qu’il est terminé, j’ai l’impression d’avoir oublié ce que j’y ai mis.

Mes constats :

  • Mon Dieu que je suis crinquée (en tout cas dans mon plan d’affaires!);
  • Il est beau, j’étais comme fière;
  • Ressortir tous les objectifs expliqués dans le document, peu importe leur domaine, semble être le meilleur point de départ pour ma planification stratégique.

Qu’est-ce qu’on fait après

J’avais trouvé mon point de départ (si c’est pas un bon début, je me demande ce que c’est) : mes objectifs. Comment ramener mes ambitions sur le plancher des vaches maintenant : « telle est la question! » (j’ai décidé que ce n’était plus « être ou ne pas être », c’est dépassé à l’ère de la pleine conscience #namasté).

Choisir les actions à privilégier

Naturellement, il fallait que je brainstorm (oh quelle coïncidence, c’est le nom du blogue!) sur toutes les actions inimaginables pouvant apporter les résultats escomptés. Je censurerai après, quand je verrai que ça n’a pas de bon sens de sortir dehors en femme sandwich pour vendre mes services de rédaction… surtout dans mon rang! Ben quoi? Je me suis prise au sérieux et j’ai laissé aller mon imagination…
Suite au tri de mes idées, plus ou moins bonnes, j’ai gardé les actions qui me permettaient d’atteindre mes objectifs de façon optimale par une juste utilisation de mes ressources. En gros, ce qui coûte le moins cher, qui est le plus rapide, qui limite mes pertes d’énergie et, qui est le plus accessible pour moi.

Rapporter le tout au quotidien

Avec cette liste bonifiée et catégorisée par objectifs, j’étais fin prête à la prochaine étape. Donc, après avoir répondu à la question « Que dois-je faire? », je devais répondre à « Quand, dois-je le faire? ». J’ai repris chaque action et je les ai placées dans mon calendrier mensuel. Quand j’ai présenté tout ça à ma coach, elle me conseillait d’effectuer la planification hebdomadaire seulement vers la fin du mois précédent. Comme ça je pourrai rajuster si je n’ai pas atteint les objectifs du mois d’avant.

Les impressions de la coach

Lors de ma rencontre avec ma coach, je lui ai remis mes documents (ma liste d’actions par objectifs ainsi qu’un calendrier par actions) pour qu’on puisse les regarder ensemble. Elle m’a apporté des points super intéressants qui ont bonifié mon travail. En prime, elle a trouvé que j’avais très bien travaillé et que j’avais relevé le défi de rendre un plan théorique en actions concrètes quotidiennes.

Ce que je ne t’ai pas dit…

En plus des objectifs contenus dans mon plan d’affaires, j’ai aussi ajouté, à ma planification stratégique, deux « rêves » à long terme à lesquels j’aspire comme entrepreneure : parce que si on ne part pas tout de suite, on n’ira pas ben loin… L’un d’eux est de faire des conférences pour les entrepreneurs. Les actions qui en découlent sont très vagues et plus ou moins concrètes, mais elles contribueront, je l’espère, à m’ouvrir des portes qui, tôt ou tard, me permettront d’y arriver.

Première rencontre client

Dans un autre ordre d’idées, cette fois-ci plus tangible, j’ai rencontré ma potentielle première cliente! Une belle opportunité qui m’apporterait du travail tous les mois. Je dois lui faire une proposition et lui transmettre la semaine prochaine.

Première rencontre avec ma comptable

Tout de suite après ma rencontre client, j’avais un dîner réseautage organisé par Femmessor comme celui à lequel j’ai assisté dans mon chapitre cinq, où l’invitée experte était une comptable. Puisque je l’avais beaucoup appréciée, je m’étais dit que j’allais prendre rendez-vous avec elle lorsque viendrait le temps d’organiser mes affaires comptables. En me rendant au dîner de cette semaine, je me disais que le temps était venu de la contacter. Tu te doutes que je te raconte tout ça pour une raison… eh oui! Elle était là au dîner. J’ai pu convenir d’un moment avec elle, le lendemain, en plus de réseauter #unepierredeuxcoups.

Chaussure à son pied

J’ai réellement eu une belle rencontre avec ma comptable. Elle m’a rassurée et mise en confiance. Je me sentais soulagée en sortant de son bureau!

LA bonne nouvelle de la semaine

Au travers de mes rencontres et travaux, j’ai finalement reçu la réponse à ma demande de subvention faite en même temps que ma demande pour le soutien travailleur autonome… j’ai été acceptée!! Je bénéficierai donc d’un remboursement de 50 % de mes frais de démarrage d’entreprise grâce à un fonds pour les entrepreneurs géré par ma MRC. C’est ti pas beau ça?!?

Article précédent

Top 10 des destinations tendances en 2018

Article suivant

Faire du sport, autrement

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *