Les déboires d’une apprentie entrepreneure. Chapitre treize : Livraison immédiate

IIIIIIIIIIIHHHHHH le treizième chapitre… ça porte malheur ça l’air! J’ai bien failli le sauter, mais j’ai le goût de faire un pied de nez aux superstitions, BON!

Ok, pas tant que ça… je suis donc allée me renseigner sur la signification du nombre 13 (pour me convaincre qu’il n’y avait rien là!). J’ai pu apprendre, par Wikipédia, que la phobie du nombre 13 s’appelle la triskaïdékaphobie (WTF!). Pour en revenir à la signification, selon 01Numérologie (premier résultat Google, ce qui ne garantit pas sa fiabilité… on s’entend!), « En numérologie le 13 symbolise la fin de quelque chose et le commencement d’autre chose. » ce qui en soi n’est pas bon ou mauvais… Ça me rassure! Continuons.

Panique à bord

La date butoir pour remettre mon plan d’affaires était jeudi (eh bien voilà! Le nombre 13, est l’achèvement de mon plan d’affaires. Reste à voir qu’est-ce qui va commencer… #superstitionquandtunousprends). Dès lundi matin, j’avais une rencontre Web (pas question de me déplacer : mon temps était précieux!) avec ma coach. J’avais tellement de question par rapport à toutes les sections qui manquaient dans mon plan d’affaires que la moitié des réponses qu’elle m’a données sont tombées je ne sais trop où… J’étais en mode panique!!!

Retour en arrière

J’avais oublié de t’écrire ça la semaine passée : j’ai donné signe de vie à ma conseillère au développement économique de ma MRC, parce que je faisais la morte depuis la réception de son dernier courriel (ne lui dis pas, ok?!?), faute d’avoir quelque chose de concret à lui dire… Elle m’a proposé de regarder ce que j’avais déjà fait et de me donner ses commentaires pour m’orienter. Contenu que je lui ai transmis et retour que j’ai reçu le vendredi. Par contre, si je t’en parle maintenant, c’est que je lui ai répondu et effectué les changements seulement le dimanche (mes semaines sont du dimanche au samedi, comme dans le calendrier, rappelle-toi mon côté bleu dont je te parlais dans mon dernier billet).

Dans son message, elle m’a aussi enlevé un poids ÉNORME des épaules en me décrivant précisément ce que devait contenir mon plan financier pour ma demande (si tu as un blanc de mémoire sur la demande en question, relis cet épisode).

Dans le cadre de ma formation en lancement d’entreprise, on nous donne un outil qui nous permet de monter notre plan d’affaires en ligne, de façon interactive, en plus de nous fournir plein de liens, de documentation, d’outils divers et de possibilités de partage avec notre coach/enseignant. Par contre, selon moi, cette plateforme est TELLEMENT complète qu’elle n’est pas adaptée à la réalité du travailleur autonome. En effet, il est possible de ne pas remplir certaines sections et questions ne s’appliquant pas à tous les secteurs d’activité, par contre, il est moins aisé de savoir lesquelles et dans quelles circonstances… Malgré le fait que ma coach me les avait nommées, quand tu te retrouves seule, devant ton ordi, à plancher là-dessus, tu ne te souviens pas nécessairement de tout ce qu’elle t’a enseigné depuis le jour 1 (détrompe-toi, j’en avais pris des notes!).

Ah oui, mon plan financier…

Pour en revenir à mon plan financier, la façon de le présenter, proposée dans la plateforme de mon cours, est tellement fastidieuse et élaborée, que je n’arrivais pas à m’y retrouver… L’outil en question (externe à la plateforme et présenté dans un classeur Excel ULTRA programmé) est extrêmement bien fait et complet, mais aucunement représentatif de la réalité du travailleur autonome (pour faire changement…). C’est pour cette raison que j’étais aussi soulagée par le contenu que me proposait ma conseillère : deux tableaux simples, concis et faciles à remplir rapportant mes prévisions financières et mon coût de projet. BOUM!

Il ne me restait qu’à trouver ma part de marché, d’estimer le nombre de contrats que j’étais en mesure d’aller chercher et ma capacité de production. Dis de même, ça semble facile, trouves-tu? #NOT

Sarcastic Sarcasm GIF - Find & Share on GIPHY

L’illumination

C’est dans ces moments, de pur découragement, que j’ai des flashs trop parfaits : je me suis rappelée qu’une amie, qui est aussi directrice de ma municipalité, était, dans son précédent emploi pour un CLD, celle qui aidait les entrepreneurs à monter leurs prévisions financières. Un coup de fil plus tard, elle me donnait rendez-vous, le jour même (je tiens à préciser : la veille du jour de mon dépôt de plan d’affaires), pour me guider dans tout ça. C’est quoi les chances?!? Y’a pas de doutes, elle faisait sûrement très bien sa job parce qu’elle m’a vraiment aidé et elle m’a, surtout, amené à dédramatiser la situation (j’ai un côté un peu mélodramatique à l’occasion…).

Le conseil du jour

Suite à ces péripéties et le dépôt de mon plan d’affaires (Alléluia!), l’un des conseils, celui que j’ai probablement lu le plus souvent, m’ait revenu en tête : entourez-vous! Y’a même un livre qui a été écrit juste pour ça : si ce n’est pas vrai, je me demande bien qu’est-ce que raconte ce livre!! (Je l’ai ajouté à ma liste de livres à lire un jour. Je t’en reparle quand c’est fait. Si tu l’as lu, as-tu aimé?)

Article précédent

Enfant récompensé, enfant gâté?

Article suivant

Gestion d’énergie: comment se sentir au sommet de sa forme.

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *