Journée mondiale végane: ce qui m’a convaincu il y a 28 ans…

En cette journée mondiale du véganisme, remontons en septembre 1989, à Varennes, PQ. Bien avant l’ère des images chocs sur You tube et documentaires sur Netflix, mon éveil vers une alimentation plus consciente et respectueuse s’est faite pendant que je cuisais 25 livres de bacon sur une plaque dans une chaine de restauration ou je travaillais.

L’odeur de gras salé qui cuisait me leva le cœur et un profond malaise m’envahi. Un malaise causé par le fait que je réalisai soudainement que cette chair qui dansait sur la plaque était auparavant constituée d’êtres vivants qui ne désiraient probablement pas se retrouver dans cette fâcheuse et douloureuse situation.

 Ce constat changea le cours de ma vie…

Les raisons qui me poussèrent à cesser de consommer tout produit d’origine animale et que plusieurs croyaient n’incarner qu’une « phase » dans ma vie, sont les mêmes à ce jour, partant des principes suivants:

 

  • Tous les êtres vivants veulent vivre le plus longtemps possible et ce sans souffrance
  • Qu’à notre époque, dite civilisée, nous avons une abondance de produits végétaux qui comblent nos besoins nutritifs et alimentaires sans avoir à utiliser de produits animaux
  • Les élevages industriels sont néfastes pour l’environnement
  • Un mode d’alimentation végane équilibré est meilleur pour notre santé
  • Le seul vrai pouvoir que nous avons est avec notre argent et comment on l’utilise

 

Ces raisons sont devenues des convictions (que je transmets maintenant à mes enfants), une carrière et un mode de vie.

C’est en discutant de ces raisons avec ma fille de 6 ans qu’elle me demanda un jour: « Mais Papa, c’est quoi la différence entre Végane et Végétalien ? »

Végane vs Végétalien

Le végétalien

Un végétalien ne consomme aucun produit issu de l’exploitation animale. Cela inclu évidemment la chair animale, mais également le lait, le miel ou les oeufs. Le végétalien ne consomme donc pas de viandes, volailles, charcuteries, poissons, crustacés, coquillages, et aucun produit d’origine animale comme les oeufs et tous les produits laitiers .

Le végane

Le végane étend son idée au-delà d’un régime alimentaire. L’un va rarement sans l’autre et l’emprunt à l’anglais signifie souvent « végétalien » dans la tête de celui qui l’emploie dans la francophonie. Il y a pourtant une subtilité : le végane est conséquent dans ses actions et est engagé dans la protection animale et les défend dans tous les domaines. Pas question de porter du cuir ou de la laine, de la soie, ni même d’utiliser des cosmétiques contenant des sous-produits animaux, ou des produits ménagers testés sur eux. Il faut aussi éliminer la gélatine, la lanoline, etc.

Heureusement, être végane en 2017 est beaucoup plus facile et plus accepté par la population:

 

 

Bref on est sur une bonne lancée, même si je me fais encore crier « Bacon!! » par mes « soi-disant » amis.

Aujourd’hui je leur réponds : « Bonne journée mondiale Végane !! Lâches ton bacon pour une journée et viens goûter à mon délicieux BLAT au tempeh! Ta santé, la planète et les animaux te remercieront! »

Recette de BLAT aux tomates rôties

 

Ingrédients (2 sandwiches )

  • 1 paquet de Tempeh Bacon (j’aime bien celui d’Aux Vivres)
  • 2 tasses de tomates cerises coupées en deux
  • 2 cuillères à soupe de mayonnaise végétalienne
  • 4 tranches de pain au levain grillé
  • 1/2 gros avocat, émincé juste avant de servir
  • 1/4 tasse de feuilles de basilic, grossièrement déchiquetées
  • 2 feuilles de romaine croquantes

Préparation 
Préchauffer le four à 400° F et aligner une plaque à pâtisserie avec du papier parchemin. Disposer les tomates en une seule couche. Cuire au four un trentaine de minutes.
Étaler la mayonnaise à parts égales sur 2 tranches de pain. Garnir de tempeh et de tomates rôties. Disposer les tranches d’avocat, le basilic et la romaine, puis recouvrir des tranches restantes pour fermer le sandwich.

Bon appétit et bonne journée mondiale végane!

Article précédent

Vos peurs vous empêchent-elles de performer?

Article suivant

Les déboires d’une apprentie entrepreneure. Chapitre 7- L’action, tout simplement

2 Commentaires

  1. Romain Gagnon
    novembre 2, 2017 à 10:27 — Répondre

    M. Demers,
    comment comblez-vous vos besoin en oméga-3? Je ne parle pas ici de l’ALA mais bien de l’AEP et ADH nécéssaires à la bonne santé mentale mais qu’on ne retrouve dans aucun végétal.

    • novembre 2, 2017 à 11:58 — Répondre

      Bonjour M.Gagnon

      Comme le mentionne Dr Greger dans sa synthèse sur les études faites sur le sujet , la population en générale souffre de carence en acides gras Omégas 3 et ce Végane ou Non .

      https://nutritionfacts.org/video/should-vegans-take-dha-to-preserve-brain-function/

      La compagnie Ascenta, reconnue pour la qualité de ses Omégas 3, offre une huile faite à base d’algues marines . Le ratio par 1000mg est de 600 mg DHA et 400mg EPA. Ma matière grise ne peut que s’en réjouir ! (sans les métaux lourds qu’on retrouve souvent dans les poissons gras )

      https://www.nutrasea.ca/store/nutravege2x-extra-strength-200-ml.html#product-nutrition

      Et pour une meilleure conversion de l’ALA en DHA/EPA:
      Je limite ma consommation d’aliments transformés et aliments frits et riches en acides gras trans et oméga-6.
      Pour la cuisson, j’utilise des huiles riches en graisses mono-insaturées telles que l’huile d’olive à la place d’huiles riches en oméga-6 polyinsaturées telles que le tournesol, le carthame et le pépin de raisin.
      Je consomme d’autres aliments riches en gras monoinsaturées comprenant l’avocat, les amandes, les macadamias, les noix de cajou et les noisettes.
      J’incorpore aussi des aliments riches en acides gras oméga-3 dans mon alimentation chaque jour, y compris l’huile de lin, les graines de lin, le chia, les graines de chanvre, les légumes vets , et les noix .

      Autres réferences sur le sujet :

      Lane K1, Derbyshire E, Li W, Brennan C. Bioavailability and potential uses of vegetarian sources of omega-3 fatty acids: a review of the literature. Crit Rev Food Sci Nutr. 2014;54(5):572-9. doi: 10.1080/10408398.2011.596292.

      Arterburn, Linda M. et al. Algal-Oil Capsules and Cooked Salmon: Nutritionally Equivalent Sources of Docosahexaenoic Acid. Journal of the American Dietetic Association , Volume 108 , Issue 7 , 1204 – 1209

      merci de votre question !

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *